Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Développement durable, évaluation environnementale

Indicateur n°01 - Zones artificialisées

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 4 novembre 2014 (modifié le 18 octobre 2016)

Définition de l’indicateur

Les services de statistique agricole réalisent des enquêtes sur l’occupation du territoire. Jusqu’en 2004, il s’agissait de l’enquête Teruti, aujourd’hui remplacée par l’enquête Teruti-Lucas. Teruti-Lucas est l’adaptation de l’enquête annuelle Teruti au cahier des charges européen "Lucas". Cette enquête a donc une double origine : Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche et des Affaires Rurales et Eurostat

Des points sont tirés au hasard sur une trame de points quadrillant l’ensemble du territoire. Pour chaque point, l’enquêteur relève chaque année en mai-juin l’occupation ainsi que l’utilisation du territoire. Les photos aériennes, bases de l’enquête Lucas, sont espacées de 3 kilomètres. Sur chaque photo, les points à visiter sont équidistants de 300 mètres.

Les objectifs de cette enquête sont de :
- disposer de données sur l’occupation et l’évolution des territoires qu’ils soient agricoles ou non
- collecter quelques données environnementales : sols, traces d’érosion, type de végétation particulière, etc

Les zones artificialisées regroupent :
les sols artificiels bâtis : volumes construits bas, volumes construits hauts,
les sols revêtus et stabilisés de type parking, voies de communication (routes, voies ferrées),
les sols enherbés artificialisés et nus artificialisés.

Type d’indicateur

Indicateur de pression

Échelle de renseignement

Régionale

Objectifs et valeurs de référence

Sans objet

Sources de données

Les données sont fournies par le ministère chargé de l’agriculture, Service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’agriculture et de la pêche.
Elles sont disponibles sur la base EIDER

Fréquence d’actualisation

Annuelle

Limites et précautions

La nomenclature d’occupation du sol a été modifiée par rapport à celle de Teruti (éclatements ou regroupements de postes). La taille de l’échantillon a été réduite (310 000 points au lieu de 600 000). Il n’est donc pas possible de reconstituer les anciennes séries dans la nouvelle nomenclature.
Par ailleurs l’enquête de 2005 a été réalisée sur un échantillon restreint (150 000 points), avant la montée en puissance de 2006, pour laquelle tout l’échantillon a été interrogé. Les résultats de 2005 sont donc a prendre avec précaution.

Valeurs

Mise à jour de l’indicateur : septembre 2016

Commentaires

Avec 208 500 ha en 2014, les zones artificialisées représentent 7,5% de la surface du territoire en Languedoc-Roussillon.
Cette part est plus faible qu’au niveau national (France métropolitaine) mais la progression depuis 2006 est sensiblement équivalente : +1,3% de zones artificialisées supplémentaires par an en moyenne de 2006 à 2014.