Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Développement durable, évaluation environnementale

Indicateur n°11 - Abondance des oiseaux communs spécialistes des milieux agricoles et forestiers

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 18 juin 2014 (modifié le 24 octobre 2016)

Définition de l’indicateur

Cet indicateur, mis en place par le Muséum national d’histoire naturelle, permet d’apprécier les tendances d’évolution de l’abondance d’espèces d’oiseaux nicheurs communs spécialistes des habitats agricoles d’une part et forestiers d’autre part (cet indicateur est également proposé par le Muséum pour les espèces dites généralistes, et celles spécialistes des milieux bâtis). En effet, les oiseaux apparaissent comme de bons indicateurs de l’état de la biodiversité (espèces et habitats) en raison de leur position élevée dans les chaînes alimentaires et de leur grande variété d’exigences écologiques (habitats divers pour les différentes espèces, leurs stades de vie, leurs migrations…). Il est exprimé ici en taux de variation de la population des espèces du groupe entre 2001 et 2009 puis entre 2003 et 2013.

Type d’indicateurs

Indicateur d’état

Echelle de renseignement

Régionale

Objectifs et valeurs de référence

Sans objet

Sources de données

Les données sont centralisées par le Muséum national d’histoire naturelle (centre de recherches par le bagage des populations d’oiseaux). Elles sont également mises à disposition pour partie sur le site du service statistique du Ministère du développement durable – base EIDER.

Fréquence d’actualisation

Annuelle

Limites et précautions

Si le nombre d’espèces par groupe de spécialisation est trop faible, la tendance observée n’est pas forcément significative. Afin de l’apprécier, l’indicateur d’abondance est accompagné d’un indicateur de diversité (1 si moins de 5 espèces observées, 2 sinon).
Les calculs 2009 intègrent quelques évolutions :
- les listes d’espèces spécialistes et généralistes ont été définies par région biogéographique (méditerranéenne, atlantique, continentale),
- la contribution des différentes espèces aux indicateurs a été pondérée par leur effectif pour éliminer des analyses les espèces aux effectifs trop bas, et une deuxième correction a été faite pour prendre en compte le cas des espèces grégaires (souvent présentes en larges groupes).

Valeurs

Mise à jour de l’indicateur : septembre 2016

Variation de l’indice entre 2001 et 2009 entre 2003 et 2013
Tendance pour les espèces spécialistes des milieux agricoles -8,4% -29%
Nb d’espèces prises en compte pour les espèces spécialistes des milieux agricoles + de 5 21
-
Tendance pour les espèces spécialistes des milieux forestiers -17,5 0
Nb d’espèces prises en compte pour les espèces spécialistes des milieux forestiers + de 5 19

Commentaires

Entre 2001 et 2009, l’indice d’abondance est en forte diminution. La diminution est particulièrement marquée pour les oiseaux spécifiques des milieux forestiers, faisant du Languedoc-Roussillon la région où cette tendance est la plus forte. Elle l’est un peu moins pour les espèces d’oiseaux spécifiques des milieux agricoles. D’après le bilan national de l’indicateur STOC réalisé en 2009, l’évolution des effectifs des espèces agricoles est plutôt liée à des facteurs locaux (modifications du paysage agricole, fragmentation et destruction d’habitats), et celle touchant les espèces forestières plutôt de nature plus globale (changement climatique notamment).
Entre 2003 et 2013, la population des oiseux spécifiques des milieux agricoles chute de près de 30%.


Télécharger :