Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
Développement durable, évaluation environnementale
 

La sécurité et la santé de tous

La sécurité et la santé de tous, notamment face à une forte exposition aux risques naturels et aux effets du changement climatique

La région est exposée à plusieurs risques naturels en raison de la densité et du caractère méditerranéen de son réseau hydrographique, de sa façade maritime, de son caractère montagneux et de son climat : inondation (par débordement de cours d’eau, ruissellement et submersion marine), mouvement de terrain (dont les phénomènes liés à l’érosion du littoral), feux de forêt, séisme et avalanche. Ainsi 9 communes sur 10 sont soumises à au moins un risque naturel, plus d’un million de personnes habitent dans une zone exposée aux inondations et plus des trois quarts des communes sont concernées par le risque feux de forêt. Par ailleurs, tous les départements sont concernés par le risque sismique à des degrés divers.
L’exposition aux risques naturels pourrait en outre être aggravée dans les années à venir par les incidences du changement climatique, tant en termes d’intensité des évènements que de fréquence, en lien avec la hausse du niveau de la mer, l’augmentation du nombre et/ou de la violence des précipitations et des tempêtes, la hausse des températures…

Le niveau de développement industriel et économique du Languedoc-Roussillon peut générer des risques technologiques accidentels, avec une quarantaine d’établissements relevant de la Directive Seveso, principalement localisés sur le couloir Rhodanien, dans les secteurs d’Alès, Narbonne et Béziers, et les ports de Sète et Port-la-Nouvelle, ainsi que 2 principaux sites nucléaires. En outre, le risque de rupture d’ouvrages hydrauliques est considéré comme majeur dans tous les départements de la région. Enfin, le risque technologique peut également être dû au transport de matières dangereuses (route, rail, canalisations souterraines), et dans une moindre mesure à l’exploitation minière.

L’enjeu humain et matériel s’est accru progressivement en lien avec le développement démographique et urbain soutenu, conjugué à la forte fréquentation touristique des secteurs les plus exposés (bande littorale notamment). La gestion de l’usage des sols, et le développement et l’appropriation d’une culture du risque sont des leviers essentiels pour maîtriser les risques et diminuer la vulnérabilité des territoires exposés. Les possibles « effets dominos », qui peuvent constituer un facteur d’aggravation, sont aussi à prendre en compte dans la gestion des risques.

3 axes stratégiques répondent à cet enjeu