Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Développement durable, évaluation environnementale

Le bruit, une nuisance ressentie comme majeure pour la population et d’origines diverses (diagnostic)

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 10 février 2014

Le bruit est considéré par la population comme une nuisance environnementale majeure et comme une des premières atteintes à la qualité de vie et a des conséquences néfastes sur la santé, par ses effets sur l’appareil auditif parfois irréversibles, l’état psychologique et le sommeil.
Son origine est étroitement liée au cadre de vie. Ainsi, les nuisances sonores sont davantage ressenties en milieu urbain qu’en milieu rural, en habitat collectif qu’en habitat individuel, et la proximité d’une source de bruit joue un rôle déterminant sur la gêne ressentie.
En raison de l’augmentation des trafics routier, ferré ou aérien et de la création de nouvelles infrastructures, les transports continuent à être la principale source de nuisances, malgré les progrès des solutions de protection contre le bruit. Les nuisances sonores peuvent également être générées par les activités économiques, industrielles ou artisanales. En termes de bruits de voisinage, les chantiers ou travaux publics, ainsi que certaines manifestations sportives, culturelles ou de loisirs peuvent également générer de manière occasionnelle des nuisances pour les riverains, et peuvent donc être soumis à autorisation. Enfin, les bruits de comportement (ou bruits domestiques) sont également souvent ressentis comme une gêne importante dans le logement.

La compétence bruit diffère suivant l’origine de la nuisance. Elle peut être du ressort de divers services de l’Etat ou assimilés (santé, aménagement, aviation, gendarmerie ou police, transports…) représenté à l’échelon régional et départemental, ainsi que des collectivités à travers notamment du pouvoir de police du Maire, mais aussi l’aménagement du territoire.
En réponse à cette complexité, un réseau piloté par la DREAL s’est créé autour de la problématique du bruit et des comités bruit ont été mis en place sur décision préfectorale en Lozère, dans les Pyrénées Orientales et dans l’Hérault, afin d’assurer localement la coordination des services de l’Etat et la réflexion sur le suivi de la politique publique nationale de lutte contre le bruit.