Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Écologie

Menaces et causes de disparition

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 20 décembre 2011 (modifié le 16 octobre 2014)

Les différents suivis par radio pistage montre que le Lézard ocellé est une espèce des milieux ouverts. Il est donc particulièrement sensible à la reforestation et à la fermeture des milieux. Une étude menée au début des années 2000 sur plusieurs populations de l’ouest de la France montre que l’évolution des paysages, ces 50 dernières années, est l’une des causes du déclin de l’espèce par un recul un recul de 45 % des habitats favorables. Cette perte d’habitats s’accompagne d’un morcellement des habitats favorables et donc des populations. La régression des milieux ouverts est due à une déprise agricole marquée sur les terrains propices à certaines formes d’élevage extensif, donc peu rentable d’un point de vue économique.

Le Lézard ocellé dans son domaine vital a besoin d’un réseau de gîtes. Dans certains milieux, la disponibilité en gîtes est pérenne comme les zones de roches affleurantes alors qu’elle est beaucoup plus variable dans d’autres. C’est notamment le cas des milieux où le Lézard ocellé utilise essentiellement des gîtes fournis par d’autres espèces dont il va dépendre : terriers de lapins, trous de rongeurs. La disparition du Lapin de Garenne dans une grande partie de la France entraîne le déclin du Lézard ocellé. La disparition des murets de pierre amène localement un manque de gîtes pour le Lézard ocellé.

Les constructions de routes, maisons individuelles, constructions agricoles et industrielles entraînent des pertes d’habitats favorables pour certaines populations mais également des destructions directes. Ces projets d’aménagements, outre la destruction d’habitats, entraînent une fragmentation des populations et provoquent des pressions continues sur celles-ci.

L’utilisation d’insecticide peut affecter les populations de Lézards ocellés. L’emploi de vermifuge comme l’ivermectine peut être la cause localement de la disparition des ressources alimentaires du Lézard ocellé et d’entraîner ainsi le déclin de population.

Les captures intentionnelles par des terrariophiles peu scrupuleux constituent également un facteur de menaces pour le Lézard ocellé.

L’évaluation globale de l’état de conservation par les critères de la commission européenne, établis dans le cadre de la directive n°92/43 du 21 mai 1992 concernant la conservation des habitats naturels ainsi que de la faune et de la flore sauvages, indique un état défavorable mauvais.