Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Écologie

Présentation des espèces

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 9 février 2012 (modifié le 8 mars 2012)
Le B.A.-BA des chauves-souris

Une vie aérienne

Les chauves-souris sont les seuls mammifères capables de voler activement. Elles volent avec leurs mains : une fine membrane relie quatre des cinq doigts qui sont hypertrophiés ainsi que les pattes arrière et la queue. Le pouce est très réduit et la griffe leur permet de s’accrocher occasionnellement ou de prendre appui pour ramper.

Des chasseuses hors pair

Grâce à un système s’approchant d’un radar embarqué appelé écholocation, elles sont capables de chasser et de se diriger dans l’obscurité la plus totale. Elles peuvent analyser la distance, la vitesse, la forme et même la nature de l’obstacle ou de la proie avec précision. Elles ne sont pas aveugles pour autant et se servent de leur vision lorsque l’éclairement le permet.

Quelques exemples de proies chassées par les chauves-souris (crédit : Sylvain Déjean - CREN MP)

Un régime alimentaire spécifique

Les chauves-souris de France métropolitaine sont insectivores. Elles se nourrissent d’insectes (volants ou non), comme les moustiques et d’araignées (voir photos ci-contre). Une chauve-souris peut ainsi manger jusqu’à 3000 insectes en une nuit de chasse. Dans d’autres régions du monde elles peuvent être frugivores et de façon anecdotique se nourrir de sang (seulement quelques espèces en Amérique centrale et du Sud).

Grotte abritant des Rhinolophes en hibernations (crédit : Frédéric Néri - CREN MP)

Fidèles à chacun de leurs gîtes saisonniers

Les chauves-souris, bien que changeant de gîtes durant l’année selon leurs besoins biologiques, vont être fidèles à chaque gîte d’une année sur l’autre. Elles peuvent choisir des gîtes cavernicoles, arboricoles, rupestres ou anthropiques.

Une vie cyclique

Cycle biologique annuel d'une chauve-souris  en grand format (nouvelle fenêtre)
Cycle biologique annuel d’une chauve-souris
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
  • En hiver, elles occupent un lieu à température stable (entre 4 et 11°C), plutôt humide, sans lumière et à l’abri du dérangement (grottes, caves, trous d’arbres…). Pour économiser leur énergie, elles entrent en léthargie à cette période, elles vont hiberner plusieurs mois durant. Les battements de leur cœur vont passer de 300/min. en temps normal à environ 20/min. lors de l’hibernation.
  • En été, des colonies de femelles pouvant compter jusqu’à plusieurs centaines d’individus cherchent des gîtes pour la mise bas, avec des exigences bien particulières : endroit chaud, tranquille et à nourriture abondante dans les environs. La mise-bas de leur unique petit se déroule ainsi entre mi-mai et mi-juillet. Le jeune s’accroche au ventre de sa mère qui l’allaite durant trois à cinq semaines. Seulement 30 à 40 % des nouveaux nés survivront la première année !
  • C’est à l’automne qu’elles vont s’accoupler. Les femelles peuvent stocker les spermatozoïdes du mâle pour n’être fécondées qu’au moment le plus propice : au début du printemps après l’hibernation.

Télécharger :