Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Écologie

Présentation des espèces

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 16 octobre 2014 (modifié le 31 octobre 2014)

Famille : Emydidae
Genre : Emys
Espèce : orbicularis

Descriptif et particularités

Cette petite tortue d’une quinzaine de centimètres est reconnaissable à sa carapace ovaloïde sombre, lisse et peu bombée. Elle est ponctuée de jaune tout comme le reste de son corps (tête, pattes, queue). Ces ponctuations sont plus ou moins visibles selon les individus. Les pattes sont palmées et possèdent de fortes griffes.
A ne pas confondre avec la Trachémyde à tempes rouges (dite "Tortue de Floride").
Mensurations moyennes : 13,5 cm - maximum 20 cm
Poids moyen : 430 gr - maximum 1 kg

Habitat et écologie

Comportement
Le cycle annuel d’une cistude est marqué par l’alternance d’une période d’activité (mars à octobre) et d’une période d’hivernage (novembre à février).
Diurne, la cistude est très discrète et farouche. Elle peut passer inaperçue aux yeux des promeneurs non avertis en plongeant au moindre dérangement. Il est toutefois possible de l’observer à distance et discrètement à l’aide de jumelles prenant des "bains de soleil" (basking) sur du bois mort et des berges en pente douce.

Alimentation
Principalement carnivore, la cistude se nourrit de petits invertébrés, de vers, de mollusques ainsi que d’amphibiens et de leurs larves.
Opportuniste, elle est occasionnellement charognarde et peut consommer occasionnellement des oisillons et de petits mammifères qu’elle entraîne sous l’eau, noie et déchiquette avant de s’en nourrir.

Reproduction
La saison des amours à lieu en mars dès la sortie de l’hivernation. Le pic de l’accouplement a lieu dans l’eau entre les mois d’avril et mai. Trois mois après, la femelle creuse un nid dans lequel elle dépose, entre les mois de mai et de juillet, 3 à 13 œufs. Les jeunes, naîtront en septembre. Si la fin du développement des jeunes cistudes est trop tardive, il peut arriver qu’ils attendent le printemps de l’année suivante pour émerger.

Répartition
La répartition des espèces animales et végétales est toujours à manier avec précaution. Les secteurs où nous ne citons pas la présence de la cistude ne signifie pas qu’elle est absente mais que nous n’avons pas d’informations connues à ce jour. Inversement, les milieux de vie de cette espèce pouvant évoluer très rapidement, il est malheureusement probable que certaines populations connues disparaissent.
L’aire de répartition de la cistude est assez vaste puisqu’elle s’étend du Maghreb à la Pologne et du Portugal à l’Asie Mineure.
En France, les populations sont très hétérogènes en fonction des régions.

  • Les principales populations sont concentrées :
  • Dans le sud-ouest : Charente-Maritime, Dordogne, Gers, Hautes-Pyrénées, Gironde, Landes et Pyrénées-Atlantiques.
  • Dans le sud-est : Isère, Bouches-du-Rhône et Var.
  • Dans le centre : Indre.
  • En Corse.

En Midi-Pyrénées elle est présente essentiellement dans l’ouest du Gers et le nord des Hautes-Pyrénées. Afin d’améliorer les connaissances sur la répartition de cette espèce et disposer ainsi d’un outil de référence, Nature Midi-Pyrénées coordonne avec un collectif de partenaires des prospections ciblées. Ce travail permet de proposer cette carte de répartition