Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Développement durable, évaluation environnementale

Qualité de l’air

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 19 mars 2013 (modifié le 20 mars 2013)

Les niveaux de polluants sont en hausse en région Midi-Pyrénées mais l’indice de qualité de l’air est resté globalement bon sur les 4 grandes agglomérations d’Albi, de Castres, de Tarbes et de Toulouse.

Cependant, la grille de calcul de l’indice de la qualité de l’air a été revu au 1er janvier 2012 suite au décret 2010-1250 du 21 octobre 2010 et une augmentation des indices moyens, médiocres et mauvais va être observée en 2012.

Ce décret a ainsi modifié les valeurs des seuils d’information et d’alerte relatifs aux événements de pollution par les particules en suspension PM10 (inférieures à 10 microns de diamètre). Ces seuils ont été abaissés respectivement à 50 et 80 μg/m3. Cette évolution réglementaire majeure a entraîné en 2011 une augmentation du nombre de déclenchements de la procédure d’information du public. Les procédures d’information et d’alerte en cas d’événements de pollution atmosphérique en Midi- Pyrénées ont également été modifiés et les modifications des arrêtés préfectoraux précisant les règles de gestion des événements de pollution sont en cours.

L’ Observatoire Régional de l’Air en Midi-Pyrénées (ORAMIP) assure la surveillance de la qualité de l’air sur tout le territoire de Midi-Pyrénées.

Le dispositif de surveillance en place met en évidence des dépassements de valeurs limites pour le dioxyde d’azote et les particules à proximité du trafic. On observe également une augmentation des particules sur le territoire régional. La Haute-Garonne est le département regroupant le plus de rejets, tous polluants et toutes sources confondus.

Si les sources fixes représentent la principale émission en dioxyde de soufre (SO2) et en dioxyde de carbone (CO2), ce sont les transports routiers qui émettent le plus d’oxydes d’azote (NOx).

La diffusion des résultats de mesure en temps réel sur Internet, ainsi que la publication quotidienne des indices de qualité de l’air par l’ ORAMIP permettent une information régulière du public.