Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
Énergie, Air, Climat
 

Schéma Régional de Raccordement au Réseau des Énergies Renouvelables (S3REnr)

Les S3REnR sont nés d’une volonté de faciliter le développement des énergies renouvelables destinées à la production d’électricité par une approche basée sur l’anticipation, l’adaptation à la dynamique des projets et la mutualisation des coûts. Auparavant, les investissements nécessaires au développement du réseau pour le raccordement d’un projet d’énergie renouvelable à un endroit donné étaient à la charge du premier producteur souhaitant se raccorder, ce qui constituait un frein important tant en termes de coûts que de délais.

Le S3REnR est élaboré par le gestionnaire de réseau public de transport d’électricité (RTE), en accord avec les gestionnaires des réseaux publics de distribution d’électricité, principalement avec ENEDIS. En tenant compte de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), des objectifs régionaux et de la dynamique de développement des énergies renouvelables dans la région, le S3REnR prévoit les ouvrages à créer ou à renforcer, le niveau de puissance de chacun d’entre eux dédié au raccordement de nouvelles productions d’électricité à partir d’énergies renouvelables (capacités réservées) et les investissements à consacrer.

Les capacités réservées ou capacités d’accueil de la production définies pour chaque ouvrage sont réservées pendant une période de dix ans. Dans un contexte de transition énergétique, ce schéma constitue donc un outil d’anticipation majeur pour l’adaptation des réseaux électriques. Ces derniers doivent en effet prendre en compte une évolution de la production électrique, historiquement centralisée à partir des centrales nucléaires et hydroélectriques, et qui doit désormais intégrer une composante de plus en plus diffuse avec notamment l’éolien et le solaire photovoltaïque. Cette nouvelle configuration induit des réalisations concrètes d’infrastructures énergétiques, parfois importantes, sur les territoires.

Le S3REnR définit également un périmètre de mutualisation des investissements à l’intérieur duquel les producteurs doivent s’acquitter d’une quote-part définie comme le quotient du coût des investissements par la capacité d’accueil globale du schéma (volume total de nouveaux moyens de productions susceptibles d’être raccordés dans la durée de vie du schéma, exprimé en puissance électrique). Ce « ticket d’entrée » constitue un point d’attention compte tenu des montants financiers qu’il peut représenter.

Le Code de l’énergie prévoit différents mécanismes gradués permettant de faire en sorte que le schéma suive au mieux la réalité des projets : transferts de capacité entre les ouvrages, possibilité d’adapter dans certaines limites ses principaux paramètres (capacité d’accueil globale, quote-part, montant d’investissements), et si ces mécanismes de souplesse ne suffisent pas, de procéder à sa révision.

Les capacités d’accueil pour le raccordement aux réseaux de transport et de distribution des installations de production d’électricité sont régulièrement mis à jour sur le portail capareseau.fr.

 
 
Le schéma régional de raccordement au réseau des énergies renouvelables Occitanie
Le S3REnR Occitanie en préparation prévoira les investissements à réaliser sur le réseau électrique pour permettre le raccordement des énergies renouvelables sur les 10 prochaines années.
 
Schéma Régional de Raccordement au Réseau des Energies Renouvelables (S3REnr) Languedoc-Roussillon
Le S3REnr détermine les conditions d’accueil des énergies renouvelables à l’horizon 2020 par le réseau électrique, conformément au décret n°2012-533 du 20 avril 2012 modifié par le décret n°2014-760 du 2 juillet 2014 et à l’article L 321-7 du code de l’énergie. Il a été approuvé par arrêté préfectoral, le 23 décembre 2014.
 
Le schéma régional de raccordement au réseau des énergies renouvelables en Midi-Pyrénées
est approuvé par un arrêté du préfet de région Midi-Pyrénées en date du 7 février 2013.