Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
Écologie
 

Valorisation économique et ours

La valorisation de produits pyrénéens de qualité s’appuyant sur la présence de l’ours, symbole d’un environnement préservé, a donné lieu à plusieurs actions pilotes.
 
 

Valorisation économique et ours

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 8 décembre 2011

La valorisation de produits pyrénéens de qualité s’appuyant sur la présence de l’ours, symbole d’un environnement préservé, a donné lieu à plusieurs actions pilotes.

Une réflexion a été menée par l’association pays de l’ours - ADET sur la labellisation et la promotion des activités de professionnels de la montagne (activités de découverte, hôtellerie-restauration, produits du terroir, artisanat d’art et production ovine) prenant en compte l’environnement dans leur pratique et reconnaissant en la présence de l’ours un facteur de développement du territoire. Ce travail a abouti à la mise en place de chartes de qualité. Une centaine de professionnels, répartis en Ariège, Haute-Garonne et Hautes-Pyrénées, sont signataires des chartes de qualité du pays de l’ours. Un réel réseau de professionnels a ainsi été créé, réunis autour de valeurs communes véhiculant une image attractive du territoire pyrénéen et favorisant un tourisme respectueux de la nature et des hommes.

Fromage Pé Descaous

Concernant plus particulièrement la production pastorale, deux actions sont menées :

Le programme Pé Descaous (le "va-nu-pieds", surnom de l’ours en béarnais) a été créé en 1994 par le fonds d’intervention éco-pastoral avec l’association « les bergers du Haut Béarn » et le soutien du WWF - France. L’objectif est de produire un fromage fermier de façon traditionnelle, en estives, et de le commercialiser en utilisant l’image de l’ours, matérialisée par une empreinte de patte d’ours sur la croûte, symbole de la qualité du terroir. Une trentaine de bergers-fromagers participent au programme et une vingtaine de tonnes de fromage est produite en moyenne chaque année, en majorité du fromage de brebis.

Côté Pyrénées centrales, la production pastorale ovine est axée sur la viande. Le type de production dominant est l’agneau léger, dit « de bergerie ». Ces agneaux naissent à l’automne et sont nourris d’aliments composés avant d’être vendus pour être engraissés. Les éleveurs pyrénéens sont alors essentiellement des naisseurs et perdent la valeur ajoutée du produit. Le broutard est un agneau âgé de 6 à 12 mois, élevé au lait de sa mère puis à l’herbe. Il transhume en estive avec le troupeau sur les pâturages de montagne. Il est ensuite vendu directement de l’éleveur au consommateur, à la descente d’estive et jusqu’au mois de décembre. Cette production est largement déclinante depuis les années 1950, car elle n’était plus valorisée. En 2000, des éleveurs et bergers, réunis au sein de l’association pour la cohabitation pastorale, accompagnés par l’association pays de l’ours - ADET ont réfléchi à un mode de production durable, valorisée et compatible avec la présence de l’ours. Le broutard est apparu une solution adaptée et un cahier des charges a été élaboré encadrant la production du broutard du pays de l’ours.