Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Écologie

Zones sensibles en Rhône Méditerranée

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 4 avril 2019 (modifié le 25 juillet 2019)

Dans les étangs littoraux d’Occitanie, l’eutrophisation peut conduire à des déséquilibres appelés “ malaïgues ” (“ mauvaises eaux ”) en occitan.

La “ malaïgue ” apparaît principalement en été, à partir du mois de juin. Les eaux lagunaires deviennent turbides et changent de couleur. Habituellement vertes, elles “ virent ” au rouge ou au blanc, parfois au brun. Cette modification s’accompagne d’un dégagement nauséabond d’hydrogène sulfuré (H2S) et surtout d’une disparition de l’oxygène dissous dans l’eau. Celle-ci devient alors impropre à la vie de la plupart des organismes aquatiques.

Ce phénomène est un exemple de dystrophie du milieu. Les causes réelles découlent de l’intense travail effectué par les bactéries pour minéraliser la matière organique accumulée dans les étangs. Cette accumulation, et donc l’augmentation constatée de la fréquence du phénomène de “ malaïgue ” est favorisée par l’accroissement des activités humaines sur les bassins versants (enrichissement de l’eau en nitrates et en phosphates).

http://www.rhone-mediterranee.eaufr...

En Languedoc-Roussillon, les zones sensibles comprennent :
- les bassins versants superficiels des étangs palavasiens (Arnel, Méjean, Grec, Prévost) et de l’étang de l’Or dans l’Hérault ;
- le bassin-versant du Lac de la Raviège (dont la commune de La Salvetat-sur Agout dans l’Hérault) ;
- une partie du bassin-versant de la Loire-amont (dont la commune de Langogne en Lozère).