Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
Aménagement, logement, paysages
 

Albi Cité épiscopale

Située en bordure du Tarn, la Cité épiscopale d’Albi présente un ensemble bâti complet et représentatif du développement urbain en Europe, allant du Moyen Âge à l’Époque moderne et contemporaine. Au XIIIᵉ siècle, la ville devint une puissante cité au lendemain de la croisade des Albigeois contre les Cathares.
La brique est la signature architecturale de cette cité : son identité, sa particularité grâce à sa palette de couleurs variables selon la lumière, déclinaison de rouge, rose, ocre. La cathédrale Sainte-Cécile, réputée pour sa voûte peinte, et le palais-forteresse de la Berbie comptent parmi les plus grandes constructions de brique cuite au monde et sont entourés par 4 quartiers historiques d’origine médiévale aux ruelles étroites bordées de maisons à colombages : le Castelviel, le Castelnau, le bourg Saint-Salvi et les Combes et berges du Tarn.

La valeur exceptionnelle de la Cité s’exprime par un paysage urbain médiéval bien préservé et d’une grande authenticité. La Cité épiscopale d’Albi est inscrite sur la liste du patrimoine mondial depuis 2010 selon deux critères de sélection :

  • Critère IV : offrir un exemple éminent d’un type de construction ou d’ensemble architectural ou technologique ou de paysage illustrant une ou des périodes significative(s) de l’histoire humaine
  • Critère V : être un exemple éminent d’établissement humain traditionnel, de l’utilisation traditionnelle du territoire ou de la mer, qui soit représentatif d’une culture (ou de cultures), ou de l’interaction humaine avec l’environnement, spécialement quand celui-ci est devenu vulnérable sous l’impact d’une mutation irréversible

Un projet municipal précoce sur les secteurs sauvegardés a été approuvé en 1968, suivi par un plan de sauvegarde et de mise en valeur en 1974. De ce fait le système de gestion du bien est ancien, faisant appel à une multiplicité d’acteurs, où ils exercent en général une compétence reconnue. Un Comité de bien est en place, devant assurer notamment le suivi de la conservation et de la protection, la coordination entre les différents intervenants et le lien avec les habitants.