Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Transports

Information sur l’avancement des investigations visant à caractériser le risque amiante lié à l’éperon rocheux de Cambidos

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 1er août 2019

Dans le cadre de l’aménagement de la RN21 entre Marquisat et Lourdes (« déviation d’Adé »), des reconnaissances géologiques sont en cours. Certaines roches de l’éperon rocheux de Cambidos sont susceptibles de contenir des minéraux pouvant libérer des fibres présentant un risque amiante.

Les reconnaissances géologiques ont pour objet de localiser les zones concernées et de caractériser le risque afin que l’entreprise qui sera chargée des terrassements puissent déterminer les méthodes appropriées de réalisation.

Le programme de ces reconnaissances géologiques a fait l’objet d’une présentation en réunion publique le 19 février 2019 à Adé. Il comprend trois niveaux :

  1. Établissement d’un état initial de l’air (air ambiant extérieur et air intérieur de trois habitations)
  2. Prélèvements manuels dans les couches superficielles de l’éperon rocheux
  3. Sondages en profondeur (jusqu’à 30 m) dans l’ensemble des formations géologiques jusqu’au cœur de l’éperon rocheux

1 – État initial de l’air
L’état initial de l’air a été réalisé entre les 14 et 16 mai 2019. Il portait sur huit prélèvements d’air en extérieur et trois à l’intérieur d’habitations.
Onze échantillons ont été analysés et aucune fibre d’amiante n’a été détectée.

2 – Prélèvements dans les couches superficielles de l’éperon
Les prélèvements dans les couches superficielles de l’éperon ont été effectués par le CEREMA le 12 juin 2019. Vingt échantillons de matériaux ont été prélevés et transmis pour analyse à un laboratoire spécialisé.

Simultanément à ces opérations, des prélèvements d’air ont été effectués sur 11 points distincts.
Selon ces mesures, aucune fibre d’amiante n’a été détectée dans l’air, pendant les prélèvements dans les couches superficielles.

L’analyse des matériaux issus des couches superficielles de l’éperon fait apparaître que sur l’ensemble des prélèvements effectués, six présentent des fibres d’amiante noyées dans la masse.

3 – Sondages en profondeur dans l’éperon rocheux
Les travaux sont prévus à l’automne 2019.
Ils consistent à réaliser dans l’éperon rocheux dix sondages en profondeur (jusqu’à 30 m). Les sondages carottés auront un diamètre de 110 mm minimum.