Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
Écologie
 

Interactions homme-ours

Voir un ours, même de loin, est très rare car l’ours brun a généralement peur de l’homme. Toutefois, ses capacités physiques peuvent le rendre dangereux, comme tout animal sauvage d’une certaine taille (sangliers, cerfs…). Cinq situations à risque sont décrites :
- Ours blessé
- Rencontre à très courte distance avec une femelle accompagnée d’oursons
- Ours surpris sur sa couche diurne ou en train de consommer une carcasse
- Altercation entre ours et chien, ce dernier venant chercher refuge derrière son maître
- Ours dérangé dans sa tanière hivernale.

Rencontre homme – ours



Sur soixante cas de rencontre homme – ours recensés dans les Pyrénées de 1996 à 2000, le comportement de l’animal a été noté. L’ours évite généralement l’homme (il est très rare de voir un ours). Il est donc à souligner que les pourcentages suivants ne comptabilisent pas les cas où l’ours a évité l’homme, sans que ce dernier ne le voit. Sur les 60 observations, il a été constaté que, dans 78 % des cas, l’ours s’enfuit ou s’éloigne de l’homme. Dans 19% des cas, il manifeste un comportement indifférent sans être agressif. Dans 3% des cas (2 cas), l’animal a chargé. Les deux charges correspondent à une femelle accompagnée d’oursons. En 1997, Mellba charge un chasseur qui la tue, et en 1998 Ziva charge 2 agents de l’équipe technique ours (charge d’intimidation pour les dissuader de s’approcher). 



En ce qui concerne la mort de l’ourse Cannelle, postérieure à ce recensement, l’enquête n’est pas terminée à ce jour.



Les cas de mort d’homme dus à l’ours brun sont très rares en Europe. En Scandinavie, le dernier cas connu remonte à 1905. Quelques cas rares ont été répertoriés en Europe Centrale et en Russie dans les années 1980. En 2004, en Roumanie, un ours brun, qui était porteur de la rage, a tué une personne. En Amérique du Nord, des accidents ont pu être relevés mais les contextes écologiques et humains sont très différents, et plusieurs millions de touristes peuvent passer dans les parcs nationaux américains sans qu’il n’y ait d’accident grave. Dans les Pyrénées, des récits anciens et souvent mythiques relatent l’agressivité d’ours blessés par des chasseurs ou des bergers (De Marliave, 2000). Cependant, on n’y connaît aucun cas documenté de mort d’homme à cause de l’ours depuis la deuxième moitié du XIXième siècle. Rappelons également que, en France, sangliers et cerfs engendrent des accidents mortels chez l’homme tous les ans.