Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
Écologie
 

Présentation générale

Les enjeux de la gestion de l’eau en Occitanie et sur les bassins Adour-Garonne, Loire Bretagne et Rhône Méditerranée sont identifiés à travers des schémas directeurs d’aménagement et de gestion des eaux. Le constat et les objectifs sont en conséquence largement partagés.

Même si de nombreuses actions sont déjà mises en œuvre depuis plusieurs années, des efforts supplémentaires doivent être faits pour atteindre l’objectif de bon état des eaux [1] introduit par la Directive Cadre sur l’Eau (DCE), conformément aux engagements de la France :

- La lutte contre les pollutions diffuses par les nitrates et les phytosanitaires a été identifiée comme l’enjeu majeur en termes de reconquête de la qualité des eaux, notamment en raison des impacts sur la santé humaine.

- Le bassin reste déficitaire en eau lors des étiages, et l’objectif de parvenir à un équilibre entre les usages et les ressources disponibles tout en préservant la qualité des milieux aquatiques est fondamental.

La mise en œuvre du plan d’action pour un retour à l’équilibre quantitatif
sur le bassin Adour-Garonne dans toutes ces dimensions (c’est à dire la recherche d’économie d’eau, l’amélioration de la gestion des ressources disponibles, et la création de réserves nouvelles) est le meilleur moyen pour parvenir à cet objectif, dans une approche partenariale entre tous les acteurs de l’eau, et de diminuer ainsi la fréquence d’apparition des crises, et donc des limitations d’usage.

- La France a été condamnée pour non respect des échéances de la directive sur les eaux résiduaires urbaines (ERU). Si l’effort de dépollution est bien engagé, il est indispensable d’accroître les efforts dans ce domaine en conjuguant les moyens réglementaires et financiers.

- L’importance de la mise en œuvre d’une politique de reconquête de la qualité des milieux aquatiques doit être soulignée, comme par exemple la protection des zones humides, la restauration de la continuité écologique des cours d’eau ou la poursuite des programmes de restauration des poissons migrateurs.

- La nécessité d’augmenter la part des énergies renouvelables, notamment hydroélectriques, dans la production électrique nationale doit être conciliée avec celle de préservation des milieux aquatiques.

Le SDAGE 2016-2021 et le PDM permettent de répondre à ces enjeux et d’atteindre les objectifs de la DCE.

[1Qu’est-ce que le bon état des eaux ?

Toutes les masses d’eau d’un même type environnemental naturel et subissant peu ou pas de pressions humaines abritent des peuplements équivalents : ce sont les conditions de référence reflétées par les valeurs de certains indicateurs biologiques (invertébrés, poissons, algues et autres végétaux).

Le bon état s’évalue, pour chaque type de masse d’eau, par un écart entre ces valeurs de référence et les valeurs mesurées. Il existera donc une grille d’évaluation de l’état des eaux pour chaque type de masse d’eau.

 
 
L’organisation de l’Etat et des instances de bassin
Rôle et attribution du préfet coordonnateur et du comité de bassin, ainsi que du conseil d’administration de l’Agence de l’eau.