Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
Écologie
 

Hydrobiologie et qualité des eaux douces

 
 
Évaluation de l’état des eaux douces de surface

L’état des eaux est évalué pour différents compartiments biologiques et chimiques via des grilles d’indices et le respect des normes de qualité environnementale (NQE). Ce système, ancien dans son principe (1971), est basé depuis le début du siècle sur la directive cadre sur l’eau (DCE) de 2000.
On distingue ainsi :
- 1) Un état écologique à 5 niveaux (très bon, bon, moyen, médiocre, mauvais) avec comme éléments évaluateurs les invertébrés benthiques, les diatomées benthiques, les macrophytes, le phytoplancton, les poissons, la chimie générale, et une trentaine de polluants minéraux ou organiques. L’hydromorphologie fait aussi partie de "ces éléments de qualité".
- 2) Un état chimique à 2 niveaux (respect ou non des NQE) pour une cinquantaine de substances dangereuses.

Deux arrêtés ministériels originellement datés du 25 janvier 2010 et modifiés de nombreuses fois depuis régissent cette évaluation. L’un a trait aux méthodes d’évaluation à utiliser, l’autre au programme de surveillance. Le plan de gestion actuel (2016-2021) est régi par les AM de 2015. L’état des lieux 2019, le futur plan de gestion (2022-2027) et les préconisations à utiliser d’ores et déjà en instruction des dossiers sont encadrés par les AM de 2018 et suivants.

 
Résultats des réseaux, cartes de qualité, synthèses.

Les réseaux d’évaluation de la qualité des eaux se subdivisent en :

  1. Réseau National de Bassin (RNB) fonctionnel avant 2007
  2. Réseau de Référence historique (Réf.) fonctionnel de 2004 à 2007 et 2011
  3. Réseau de Référence Pérenne (RRP) fonctionnel à partir de 2012
  4. Réseaux de Contrôle de Surveillance et Opérationnel (RCS/RCO) fonctionnels depuis 2007, se substituent au RNB
 
Contaminations en toxiques des cours d’eau

* Un toxique ou micropolluant est une substance susceptible de provoquer de graves perturbations sur les espèces.

* Elle n’est présente dans les milieux à l’état naturel qu’en de très faibles quantités (micropolluants minéraux), voire absente (pesticides et PCB).