Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Sites et paysages

Journée Thématique d’échanges "Paysages de rivières de coteaux et de plaines" à Nègrepelisse - 9 avril 2015

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 22 juillet 2015 (modifié le 20 février 2020)
Les cours d’eau de coteaux et de plaines de la moyenne Garonne sont nombreux, ramifiés et diversifiés. Ils marquent de leur emprunte, parfois légère, mais toujours présente, ces paysages vallonnés. Toutefois, leur taille et emprise parfois modestes ont conduit la société moderne à les ignorer, voire les contourner. Ainsi les différents aménagements dont ils ont fait l’objet, souvent depuis plusieurs siècles, en bouleversant les cours d’eau, ont transformé peu à peu les paysages des territoires qu’ils traversent d’amont en aval et des lits mineurs aux lits majeurs. Aussi, les paysages de la rivière même ont été modifiés et nombre d’aménagement sont reconnus aujourd’hui pour leur valeur culturelle et patrimoniale (moulins et aménagements connexes, ponts, gués…). Une réflexion approfondie sur ces cours d’eau aujourd’hui ne peut faire l’économie d’une vision à plusieurs échelles, intégrant la rivière (lit mineur) à la vallée (lit majeur) et à son bassin versant. Ces trois niveaux d’observation et d’intervention sont interdépendants. Ceci signifie que bien au delà la dynamique hydraulique, ce sont tous les usages et les pratiques dans les territoires traversés qui se répercutent au final dans le cours d’eau. D’ailleurs cette interdépendance se traduit au quotidien pour ce qui concerne la qualité de l’eau et la gestion des risques. Amont-aval, rive droite-rive-gauche, ses positionnements géographiques invitent à plus grande attention aux solidarités entre les territoires : forestiers, agricoles ou urbanisés. Ces différents paysages ne font qu’un, au regard des dynamiques du système hydrologique dont la régulation, la continuité de l’écoulement et la richesse écologique des milieux traversés sont devenues des enjeux majeurs des politiques territoriales. Depuis plusieurs années les contrats de rivières et les techniciens qui oeuvrent au quotidien ont largement contribué au renouvellement des pratiques professionnelles. Ils participent à une meilleure connaissance et compréhension de la dynamique fluviale, de sa gestion et de l’importance d’impliquer les différents acteurs des territoires qu’ils soient élus (planification et urbanisme), agriculteurs (pratiques agro-écologiques), propriétaires riverains, pécheurs ou simplement amoureux des rivières. Les efforts et les démarches innovantes en matière de renaturation des cours d’eau, constituent l’un des enjeux pour retrouver des paysages de qualité associant des fonctions écologiques, sociales et économiques en interactions positives. Ces questions seront notamment abordées lors des deux visites de terrain : la Lère à Réalville a fait l’objet d’une restructuration de son profil et de réaménagements suite à la construction de l’A20 ; le Tescounet et le Tescou entre Montclar de Quercy et Saint Nauphary permettent de comprendre clairement les interactions entre rivière, grande culture et gestion de la ripisylve. Philippe BERINGUIER UTJJ/GEODE

Télécharger :