Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Écologie

Stratégie de conservation

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 20 décembre 2011 (modifié le 8 février 2012)

La fragilité des populations de Desman des Pyrénées a conduit la Direction de l’Eau et de la Biodiversité du Ministère en charge de l’écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement (MEDDTL) à lancer en 2008 la rédaction du premier Plan National d’Actions en faveur du Desman des Pyrénées.

La rédaction de ce plan a été confiée en 2008 à la Société Française pour l’étude et la Protection des Mammifères (SFEPM), assistée d’un comité de rédaction regroupant une quarantaine de structures de compétences variées (services de l’État, établissements publics, collectivités territoriales, associations naturalistes et entreprises publiques / privées).

Il a été lancé officiellement à la fin de l’année 2009 avec pour pilote la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) de Midi-Pyrénées, pour le compte du ministère en charge de l’écologie. La DREAL Midi-Pyrénées a confié l’animation et la mise en œuvre du plan au Conservatoire Régional des Espaces Naturels (CREN) de Midi-Pyrénées, pour la période 2010-2015.

Desman dans la nuit (Crédit : J. Vergne)

Les enjeux de conservation de l’espèce mis en évidence lors de la rédaction du plan ont permis d’établir une stratégie d’actions qui se traduit par :

  • l’acquisition de connaissances pour mieux approfondir la biologie, la dynamique des populations ou la répartition du Desman ainsi que l’impact des activités humaines sur ses populations afin d’assurer sa conservation ainsi que la gestion de ses habitats.
  • la mise en œuvre d’actions de protection et de gestion, car le statut actuel du Desman des Pyrénées impose la mise en place dès maintenant de mesures opérationnelles pour la préservation de l’espèce. Il est notamment souhaitable de mettre en place sans attendre un suivi de l’ensemble des facteurs limitants identifiés et de développer des actions de protection ponctuelles dans certaines zones géographiques. Il est dès aujourd’hui possible de proposer des mesures pour favoriser l’espèce. Cela passe par la conservation de la faune benthique, la préservation des habitats du Desman, ou la limitation de l’impact de certains aménagements. L’élaboration d’outils décisionnels et de gestion favorisant la mise en œuvre de ces actions est une priorité.
  • la constitution d’un réseau d’acteurs de coopération et de suivi, afin de rassembler l’expertise et les moyens disponibles, de mutualiser les connaissances et de sensibiliser un large public.