Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Énergie, Air, Climat

Les zones à faibles émissions mobilité : pour mieux respirer en ville

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 4 août 2021

Les zones à faibles émissions mobilité (ZFE-m) constituent une mesure pérenne pour protéger la santé des habitants des villes et métropoles où la pollution de l’air est importante. Dans le périmètre d’une ZFE-m, seuls les véhicules les moins polluants (en fonction de leur certificat Crit’Air) ont le droit d’y circuler. Ce sont les communes qui fixent les périodes où la circulation est restreinte, les types de véhicules concernés (voitures, poids lourds, etc) ainsi que le niveau Crit’Air minimum pour pouvoir circuler.

Le certificat Crit’Air est-il obligatoire ?

Le certificat qualité de l’air est un document sécurisé qui se présente sous la forme d’une vignette autocollante et qui permet de classer les véhicules en fonction de leurs émissions polluantes. Il est indispensable de l’avoir pour circuler dans les zones à faibles émissions mobilité ou les jours de pics de pollutions pour lesquels la circulation différenciée est mise en œuvre. Tous les véhicules routiers, à l’exception des engins agricoles et de chantiers, sont concernés : voitures, poids lourds, bus, autocars, deux-roues, véhicules utilitaires, etc.

Les villes concernées par les ZFE-m

Des zones à faibles émissions ont déjà été mises en place dans 3 agglomérations : Paris, Grenoble et Lyon. La loi Mobilité parue fin décembre 2019 prévoit la création de ZFE-m dans la plupart des grandes métropoles : Toulouse et Montpellier sont concernées en Occitanie.

Enfin, la loi Climat & Résilience adoptée le 20 juillet 2021 prévoit la mise en place de ZFE-m dans les agglomérations de plus de 150 000 habitants d’ici le 31 décembre 2024, soit 33 nouvelles ZFE-m.

La prime à la conversion : une aide pour acheter un véhicule moins polluant

La prime à la conversion est une aide attribuée par l’État, qui peut aller jusqu’à 5 000€ dans le cas général et 6 000€ dans les ZFE-m. L’objectif est d’encourager l’achat d’un nouveau véhicule moins polluant, neuf ou d’occasion.

La loi Climat & Résilience étend la prime à la conversion à l’achat d’un vélo à assistance électrique ou d’un vélo-cargo à assistance électrique, en échange de la mise au rebut d’une voiture ou d’une camionnette polluante. Le montant de la prime s’élève à 1 500 euros au maximum.

Sicoval et Muretain Agglo ont aussi prévu des dispositifs d’aide, qui seront opérationnels à l’automne.

La métropole de Montpellier est également en cours de réflexion sur ce sujet.